• Utilisation du TNI et des ordinateurs pour réaliser des exposés (le chef d'oeuvre)

     J’ai toujours considéré que faire un exposé et le présenter était un projet formidable en classe.

     

    Un exposé  dans ma classe se présente ainsi :

     

     1 Présentation de l’exposé par le ou les élèves avec le TNI. Mes élèves ont établi un rituel : quand il y a un exposé, en général, ils ferment  tous les rideaux, comme pour une séance de cinéma.

     

    2 Les élèves qui ont réalisé l’exposé posent des questions aux autres pour vérifier que tout a été compris.

     

    3 Les autres élèves posent des questions aux élèves qui ont fait l’exposé.

     

    4 Les autres élèves donnent leur avis sur l’exposé à la fois sur le contenu et sur la forme.

     

    5 Je donne mon avis sur l’exposé sur le contenu et sur la forme.

     

    Je précise que les élèves ont le droit d’utiliser tous les moyens à leur disposition, qu’ils peuvent rapporter ce qu’ils veulent de la maison, qu’ils ont toute liberté pour se déplacer dans la classe et interagir entre eux, qu’ils peuvent s’ils le souhaitent inviter quelqu’un à partir du moment où j’ai été mise au courant et donné mon consentement.

     

    Les thèmes sont libres en général.

    Les élèves doivent présenter au minimum un exposé dans l’ année. Pour ceux qui en font plusieurs, j’impose des thèmes après le deuxième exposé afin que leur travail me serve de base pour débuter des séquences dans certaines matières.

     

    Les objectifs fondamentaux sont :

     

    -          Chercher des informations sur un thème pour le présenter aux autres.

     

    -          Maîtriser suffisamment son sujet pour pouvoir répondre aux questions des autres élèves.

     

    -          Maîtriser suffisamment son sujet pour ne pas trop lire ses notes.

     

    -          Etre capable de justifier ses choix, ses opinions en argumentant.

     

    -          Poser des questions aux autres pour vérifier qu’ils ont bien compris ce qu’on leur a présenté, et donc vérifier que l’on a utilisé des éléments suffisamment clairs pour que les autres comprennent ce que l’on a voulu dire.

     

    -          Etre capable de prendre la parole en public.

     

    -          Si on l’a fait en groupe (c’est souvent le cas) être capable de se répartir au mieux les tâches. Rechercher ensemble ou séparément les informations selon ses compétences. Cela signifie aussi que les enfants sont obligés de connaitre leurs compétences personnelles : dans un groupe, celui qui écrit le mieux et fait le moins de fautes d’orthographe peut prendre des notes au brouillon par exemple. Celui qui sait le mieux utiliser les moteurs de recherche va diriger le travail de recherche d’informations. Celui qui sait le mieux utiliser le logiciel qui va servir à présenter le document va apprendre aux autres à l’utiliser pour présenter le document. Ce sont des compétences qu’on demande en général aux adultes.

     

    -          Lire tous types de documents pour y chercher des informations, dans des livres, sur le net.

     

    -          Prendre des notes, rédiger.

     

    -          Trouver ou prendre des photos, les copier/coller, les modifier. Pareil pour les vidéos et les musique en respectant les droits d’auteur.

     

    -          Utiliser un moteur de recherche.

     

    -          Faire du tri entre les bonnes et les mauvaises informations.

     

    -          Interviewer des personnes si besoin.

     

    -          Utiliser le traitement de texte ou des logiciels comme powerpoint. Mettre en page de façon à mettre en valeur certains éléments sur le TNI.

      

    -          S'impliquer totalement dans son projet : cela va dépasser le cadre scolaire.

     -          Etc ...

    Les compétences et objectifs sont tellement nombreux que je ne peux pas tous les recenser.

     

    -          Un des intérêts majeurs de l’exposé est que les élèves finissent par tellement s’y impliquer qu’ils travaillent d’eux-mêmes à la maison pour présenter le meilleur travail possible. Je ne suis pas la seule à évaluer leur production, les autres élèves les évaluent également.

     

    L’école rentre dans les foyers et inversement.

     

     Mon travail à moi, l’enseignant.

     

    Pendant la préparation de l’exposé :

     

    -          Dégager du temps pour la préparation.

     

    -          Discuter avec les élèves les plus en difficulté afin de les aider à trouver un thème d’exposé : souvent, ils ont du mal à en trouver un. Puis, leur donner des pistes de recherche. Leur expliciter clairement ce qu’ils peuvent chercher comme informations à donner aux autres et quels moyens ils peuvent utiliser (logiciels, adresses internet, etc) pour y arriver.

     

    -          Proposer des adresses de sites intéressantes ou des livres qui correspondent à leur sujet. Leur proposer de chercher aussi des documents chez eux ou à la médiathèque.

     

    -          Leur expliquer comment utiliser au mieux le traitement de texte, les power point, comment récupérer des photos  ou vidéos (selon les textes de droits d’auteur), mettre des liens internet, etc.  Pour cela, plusieurs techniques : soit j’interviens vers les groupes (si je ne suis pas occupée avec un autre groupe ) selon leurs besoins, soit je mets à leur disposition des tutoriels en vidéos, soit j’utilise des élèves ressource.

     

    -          Scanner les documents qui les intéresse chez moi s’ils n’ont pas de scan à la maison ou leur proposer d’utiliser la visionneuse.

     

    -          Mettre d’accord les élèves qui travaillent ensemble s’ils ne sont pas d’accord.

     

    -          Discuter avec eux sur leur thème pour les aider à mettre en relief les éléments essentiels  lors de leur exposé.

     

    -          Discuter avec eux pour choisir les meilleurs outils de présentation.

     

    -          Les aider à développer leur thème, à étayer leur argumentation.

     

    -          Rappeler à mes élèves oralement ou par mail à quelle date ils doivent présenter leur exposé.

     

    Pendant l’exposé :

     

    -Je filme avec mon Smartphone. Cela implique donc que les élèves qui parlent le font avec un micro (contrainte supplémentaire à laquelle ils s’adaptent très vite).

     

    Je le fais pour plusieurs raisons :

     

     - premièrement les vidéos servent à montrer aux parents ce que leurs enfants font en classe et comment ils se comportent.  Je fais rentrer l’école dans les foyers : les familles s’impliquent donc beaucoup plus dans ce que nous faisons.

    Ça leur fait aussi un petit souvenir sympa à garder.

    Pour cela dès la rentrée, je leur demande des autorisations écrites que je conserve.

     - deuxièmement, les vidéos sont regardées par les élèves à la maison : elles leur permettent de voir ce qu’ils sont capables de faire et ce qu’ils peuvent améliorer (position du corps, façon de parler, etc). Dire aux élèves, même si  ce sont d’autres élèves qui le font, que par exemple leurs propos sont hachés lors de leur présentation ne suffit pas : une vidéo leur apprend beaucoup plus.

     

    Pour transmettre ces vidéos aux familles, soit j’utilise Dropbox, soit je les mets sur clés USB.

     

    -          J’interviens peu pendant les exposés sauf pour faire éclaircir certains points.

     

    Après l’exposé, je réutilise les exposés qui peuvent l’être pour démarrer mes séquences de travail : cela valorise ce qu’ont fait mes élèves et cela me permet de ne pas lancer un thème d’étude dans le vide.

     

    Cela implique en amont :

     

    -          Que je connaisse bien tous mes élèves : leurs goûts, leurs compétences, les outils dont ils disposent à la maison, leur capacité de travail. Il ne s’agit pas de laisser un élève choisir un thème trop difficile qu’il laissera tomber en cours de route.

     

    -          Que j’aie établi un lien suffisamment fort avec  les familles , quelques soit leurs origines, niveau social, personnalités, adhésion ou pas au système éducatif. Il est impératif que j’aie leur confiance.

     

    -          Cela implique qu’à la fin du premier trimestre, tous les élèves sachent utiliser correctement le clavier (pour cela j’utilise le Textos+ ou G5 texte de génération 5) ; qu’ils sachent créer un fichier, l’enregistrer, le ranger ; qu’ils sachent utiliser internet, le traitement de texte, récupérer des photos, musique  et vidéos, utiliser les raccourcis (ctrl + A ou C ou V et plus s’ils peuvent)  et utiliser le clic droit de la souris ou du pavé tactile.

     

    -          Cela implique également qu’ils sachent utiliser le dictionnaire parfaitement, qu’ils puissent lire suffisamment vite et comprendre ce qu’ils lisent (forcing sur la lecture au premier trimestre voir article lecture), qu’on ait éliminé les blocages qui peuvent apparaître lors de la rédaction (on écrit pour dire quelque chose quel que soit son niveau d’orthographe et de graphisme).

     Déroulement:

    Dès le début de l’année, je leur parle des exposés : les nouveaux ne comprennent pas toujours ce que je souhaite. Je demande donc à mes anciens de commencer. Ce sont eux  qui me servent de moteur . Si j’explique oralement ce que j’attends de mes élèves lors d’un exposé : ça n’est pas un moteur suffisant. Mes premières ressources sont mes propres élèves et je m’en sers un maximum d’autant que j’ai l’avantage d’en garder  une partie pendant 2 ans.

     

     Les vidéos que j’ai récupérées pourront aussi me servir pour les années à venir.

     

    Voici des exemples d’exposés qui ont eu lieu dans ma classe depuis deux ans.

     

    Le premier de cette année était fait par un CM1 (que j’avais déjà eu l’an dernier) sur le GPS. (GPS ??? en CM1 ???) Présentation avec word et google earth sur le TNI avec micro. Mise en scène par l’élève d’un jeu dans lequel il fait intervenir d’autres élèves de la classe debouts sur des chaises pour expliquer le fonctionnement du GPS. Questionnaire pour vérifier la compréhension : tous les élèves n’ont pas compris. Remarques de certains anciens sur sa façon de présenter le thème qui ne permettait pas à tous de comprendre. Les enfants ont la dent beaucoup plus dure que nous. .. Très bon travail malgré cela.

     

    Le même élève l’an dernier, donc en CE2, avait présenté un exposé sur la poésie. Le document avait été fait sous word : je l’ai intégré  dans le active Inspire pour qu’il puisse faire intervenir d’autres élèves au tableau. Explication des rimes, types de vers, type de poésies avec des textes à l’appui de grands auteurs. Cet élève avait prévu des documents avec les textes pour chaque élève de la classe. En cours d’exposé, il s’arrêtait et posait des questions aux autres, questions qui figuraient aussi sur les documents élèves afin de vérifier la compréhension.  (Un vrai cours ! )

    Des activités étaient organisées sur le TNI pour les autres élèves et des plages avaient été laissées pour un débat oral.  Durée de l’exposé plus d’une heure : pas une mouche ne volait dans la classe, tout le monde était attentif.

     

    Ce que cet élève a fait était d’un niveau lycée à mon avis. Ce cours m’a servi toute l’année et je m’en sers encore.

     

    Autre exemple d’exposé : le ski. L’élève qui l’a présenté a utilisé word avec photos + google earth sur le TNI. Présentation de son lieu de vacances avec vue sur le bâtiment dans lequel elle avait passé la semaine. Elle a montré le trajet qu’elle avait fait pour s’y rendre sur google map. Elle a rapporté de son séjour un plan des pistes de ski de la station pour chaque élève et expliqué sur quelles pistes elle skiait. Elle a apporté un surf , des patinettes, des chaussures de ski et sa combinaison pour expliquer  à quoi servait chaque partie du matériel qu’elle utilisait et comment elle l’utilisait.

     

    Encore un autre : le judo présenté par 4 élèves sur word avec intégration de photos et vidéos de championnat. Les élèves étaient tous en tenue et nous ont fait aussi quelques démonstrations.

     

    Un autre sur l’équitation par 4 élèves :  présentation sur TNI de documents scannés, intervention des 4 élèves en alternance. Elles avaient, elles aussi, apporté toute la tenue + une selle + le matériel de pansage + un poney  de 80 cm de haut en peluche pour tout mieux expliquer. Un véritable déménagement…

     

    D’autres en musique : l’un sur la flûte traversière avec utilisation du TNI et présentation de l’instrument et de toutes ses parties ainsi qu’un explicatif sur les matériaux utilisés pour fabriquer l’instrument. .. Et bien sûr… un petit concert à la fin en prime.

     

    Le deuxième sur la batterie. Comme transporter la batterie était trop compliqué, l’élève avait été chercher des photos de sa batterie sur internet pour nous la montrer et avait tourné un film chez lui avec son papa pour tout expliquer.

     

    Il y a peu, 3 élèves ont présenté un exposé sur la danse en utilisant un powerpoint avec intégration de textes, musique de Tchaikovsky.

    C’était leur premier exposé : ça se voyait car elles avaient mis leur texte et leurs question sur le TNI. Les autres leur ont dit qu’elles pourraient améliorer leur présentation en ne mettant pas le texte sur l’écran. Je n’ai pas eu besoin de faire de remarques. Elles étaient les trois en tenue. L’une qui n’aimait pas l’école, a pris la parole au micro et exécuter des pas de danse pour nous présenter sa passion.

     

    A la rentrée de janvier, une de mes élèves  de CM1 nous a aussi présenté un exposé sur les films d’animation. Elle en avait tourné un lors d’un stage à Pâques l’année dernière. Exposé extraordinaire. Elle avait passé plusieurs heures pendant les vacances à le réaliser. Elle avait tout monté dans un prézi.

    Elle a commencé par nous présenter un historique des films d’animation avec une présentation des photos de  Walt Disney puis elle a expliqué comment réaliser un film d’animation avec toutes les étapes . Et enfin elle nous a expliqué comment elle avait fabriqué son propre film, avec quels logiciels, comment elle avait créé ses personnages en pâte à modelée, comment elle avait intégré le son. Et pour finir, le clou du spectacle : son petit film.

    Incroyable. Elle n’a que 9 ans. Bien entendu, elle n’avait aucune note et maîtrisait parfaitement son sujet. Elle prenait le temps de vérifier au cours de son exposé si tout le monde suivait.

     

    A la fin de l’exposé, après les questions, j’ai pris un temps pour lui demander comment  elle avait réalisé son exposé. Elle a expliqué que sa mère qui est prof,  utilisait prési pour réaliser des présentations pour ses étudiants. Elle lui avait donc appris à réaliser un prési en vue de son exposé.

     

    J’étais totalement sidérée et je n’étais pas la seule dans la classe : j’avais vu son travail  avant qu’elle ne le présente mais je ne connaissais pas prési !!! Sa présentation m’a démontré que non seulement elle maitrisait totalement son sujet mais qu’en plus elle savait parfaitement utiliser Prési.

     

    A la fin de l’après-midi, elle et un autre élève de CM1 sont venus me voir pour me dire qu’ils souhaitaient présenter un autre exposé avec prési. Nous avons discuté du thème ; j’ai choisi les volcans (je leur ai imposé car ils avaient déjà présenté plusieurs exposés). Je pensais qu’ils mettraient plusieurs semaines à le préparer. Ils se sont retrouvé à la fin des cours chez l’un d’eux et se sont mis au travail immédiatement, ils ont travaillé tout le week-end !!! Je ne leur avais rien demandé. Le lundi matin, ils m’ont dit qu’ils souhaitaient le présenter dès le vendredi. Comme aucun exposé n’était prévu pour cette semaine, je leur ai dégagé une plage.

     

    Extraordinaire !!! Plus d’une heure d’exposé avec photos, vidéos, graphiques , tableaux. Aucune note sur le TNI à part les éléments marquants. Tout y était. Ils se passaient le micro. Pas un bruit dans la classe. Ils faisaient des pauses pour interroger les autres et vérifier la compréhension.  Une masse d’informations incroyables présentée de façon claire et agréable.

     

     Leur prési me servira de départ à mes prochains cours de sciences car il était tellement riche que je doute que tous les élèves aient tout assimilé.

     

    Là encore, j’ai pris un temps pour les interroger. C’est là qu’ils m’ont raconté comment l’une avait appris à l’autre à se servir du prési, où ils avaient pris leurs informations, qu’ils avaient utilisé la souris scan d’une des mamans pour récupérer des tableaux et des photos, etc. Tout paraissait si simple…

     

    Alors vous allez me dire que ce sont de très bons élèves et qu’ils sont dans des milieux favorisés. C’est vrai pour certains mais ça n’est pas le cas de tous. Certains n’ont pas internet à la maison parfois même pas de PC. Pour ceux-là, l’école doit permettre de rompre la fracture numérique.

     

    Mes élèves sont comme les autres.

     

    Je pourrais vous parler de L. qui est arrivé l’an dernier dans ma classe en lisant 22 mots/min (test Fluence) qui ne trouvait ni le titre d’un texte ni son auteur, qui ne distinguait pas non plus le début ni la fin d’une phrase. Maintenant, il lit et écrit car son objectif est de nous présenter un exposé sur son hamster dont il nous parle sans arrêt. Je pourrais vous parler de C. qui détestait l’école et qui arrivait en faisant la tête tous les matins au début de l’année : maintenant, elle parle au micro et fait des pas de danse en public...

     

    Ce sont ces outils qui permettent de réaliser ça.

    Présenter un exposé sur une grande feuille et chercher des informations uniquement écrites dans des livres n’a rien à voir avec une présentation sur écran géant de documents écrits mais aussi de vidéos, photos et documents audio  avec interactions des élèves entre eux.

    Les élèves sont extrêmement valorisés et parce qu’ils sont valorisés, ils veulent aller plus loin quel que soit leur niveau et leurs difficultés.

     

    Alors c’est vrai, certains parents mettent la main à la pâte, mais ce sont des ressources comme les autres pour permettre aux enfants de progresser.

     

    Les élèves s’auto-motivent entre eux. Ils se poussent à aller de plus en plus loin entre eux. Ils se forment entre eux et collaborent.  L’école est rentrée dans les maisons et inversement : il n’y a plus de frontières pour apprendre.

     

    Les leçons de conjugaison, d’orthographe ou autre , prennent un sens car les élèves en ont besoin pour mener leur projet à terme : elles ne sont plus déconnectées de la réalité, de la vraie vie.

     

     Les ordinateurs et le TNI sont des outils qui permettent aux enfants  de mettre en valeur toutes leurs connaissances et leurs compétences.

     

    Tous les exposés ne durent pas une heure et ne sont pas tous complexes mais tous les élèves se donnent à fond pour préparer le meilleur travail possible car ce n’est pas à moi, l’enseignante qu’ils vont le montrer, c’est à leurs pairs, et ça c’est beaucoup plus stimulant.

     

    Tous mes élèves ont un projet d’exposé en cours : ça part de l’éternel foot, au métier d’esthéticienne, de chocolatier, en passant par la gymnastique, le tir à la carabine, les vaches, les animaux en voie de disparition, une entreprise de menuiserie  du coin, etc, jusqu’à l’Egypte ancienne.

     

    Je leur ai donné une contrainte supplémentaire : tous les exposés doivent être présentés sous powerpoint.

     

    A l’école, malheureusement, nous n’évaluons que les savoirs et quelques savoir-faire . Pourtant cette capacité à travailler en équipe, à collaborer, à présenter son travail de façon originale, à s’exprimer en public, cet investissement quel que soit le thème,  tout cela représente énormément de compétences.

     


  • Commentaires

    1
    JMDA
    Mercredi 25 Mars 2015 à 16:33

    Je partage tout à fait votre pédagogie. Vous mettez les enfants devant une vraie situation de communication dont l'enjeu est la reconnaissance par leurs pairs.

    Jusqu'à l'année dernière je procédais un peu comme vous dans ma classe de CM1/CM2 et effectivement il y avait une émulation telle que j'avais trop de groupes qui voulaient rester travailler à la récréation pour faire leurs exposés.

    Pour ma part j'avais différents type d'ateliers (groupe de 2 à 4 élèves): lecture, théâtre (écriture de la saynète), chant, sciences, géographie et deux ateliers "libres". Les ateliers chants, sciences et géographie me permettaient ensuite de démarrer un travail collectif.

    Pour les exposés j'avais créé un site internet avec une partie publique et une partie privée. Les exposés étaient présentés à la classe sur le TBI puis corrigés en ligne collectivement (orthographe...) et ensuite publiés sur la partie publique du site.

    L'interaction était une des contraintes exigées (préparations de questions, de quizz à la classe, critique constructive de la présentation, évaluation par vote après le débat, commentaire sur le site).

    Bon cette année, après 6 ans dans mon école rurale, j'ai repris mon bâton de pèlerin en devenant remplaçant pour me ressourcer en rencontrant d'autres collègues, d'autres niveaux, d'autres fonctionnements... Puisque notre formation continue se réduit à peau de chagrin, j'ai trouvé cette solution.

    Bonne continuation

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :