• Un TNI, pour faire quoi ? Pour mieux comprendre

     Lundi , je travaillais sur un texte qui parlait du lancement d’un satellite (texte niveau CE2 voir méthode "faire de la grammaire").

     

    Mes objectifs de la semaine, outre la compréhension du texte  en elle-même, étaient de travailler sur le passé composé et sur les groupes nominaux. Le texte était sur le TNI et chaque élève l’avait en main.

     

    Certains de mes élèves ne comprenaient pas grand-chose car ils ne savaient ni ce qu’était Ariane 4 ni un satellite. Si nous n’avions eu que les textes sous les yeux, il aurait été difficile de leur expliquer.

     

    Pour qu’ils comprennent bien le déroulement du lancement d’un satellite et donc qu’ils puissent comprendre le déroulement logique du texte, se faire une image mentale de ce qu’ils lisaient, nous avons regardé une vidéo du lancement d’Ariane 4, en ligne, sur l'écran géant du TNI, après lecture du texte. Nous l’avons même repassée 2 fois en faisant des arrêts sur image pour faire le lien avec l’écrit.

     

    Nous en avons ensuite discuté puis nous avons fait la synthèse de ce que nous apprenait le texte (travail oral sur le résumé). Nous avons donc travaillé sur des vidéos pour mieux comprendre le texte et par la même occasion nous avons travaillé sur la vidéo en elle-même (source, informations fournies, différence entre l'image filmée et la numérique) : c'est donc un apport supplémentaire au texte seul.

     

    Là, avec cette aide visuelle et ce débat oral, tous mes élèves ont compris ; j’ai donc pu passer à mes leçons de grammaire et conjugaison.

     

    Si je n’avais pas fait ce travail de compréhension au départ, le tiers de mes élèves ne se seraient pas intéressé à mes leçons de conjugaison/grammaire.

     

    Vendredi dernier, en musique, nous recherchions quels instruments jouaient dans un morceau du répertoire vocal du département. J'ai quelques élèves musiciens mais tous ne le sont pas. Il y avait une basse. Manque de chance, à ce moment-là coupure d'électricité donc pas d'accès internet. J'ai donc expliqué oralement à mes élèves ce qu'était une basse. Comme j'étais sûre qu'au moins la moitié de ma classe n'avait pas compris ce que j'avais dit, lundi matin, nous avons été chercher des photos de basse sur le net. Tous mes élèves savent maintenant ce que c'est qu'une basse.

     

    Ce genre de situation se reproduit quotidiennement dans ma classe. Comme nous le faisons souvent, les élèves prennent petit à petit l'habitude d'aller chercher seuls les informations dont ils ont besoin sur les ordinateurs.

     

    Le numérique est un outil qui permet une meilleure compréhension du monde qui nous entoure en général, du langage oral et écrit.

     

    D’ailleurs tous mes élèves lisent beaucoup plus et des textes plus complexes depuis qu’ils utilisent le numérique.

     

    La démarche qui veut que quand on ne comprend pas, on ne laisse pas passer mais on va chercher à comprendre en demandant à l'enseignant ou à un camarade de classe ou en cherchant dans le dictionnaire ou sur internet; cette démarche est à mon avis fondamentale.

     

    On apprend à penser, à réfléchir.

     

    Pourquoi ? Pourquoi ? Je cherche...

     

    Puis comment? Avec quel outil ?

     

    Il ne s'agit pas seulement de savoirs mais plutôt de savoirs être et de savoirs faire.

     

    Cette démarche, de nombreux bons élèves l'ont déjà. Il faut donc aider les élèves plus en difficulté à acquérir ces réflexes.

     

    Le TNI a une plus-value pour cela car tout est sur écran géant: tout le monde a le même visuel, le même texte, la même carte. Cette démarche, l’enseignant peut la « montrer » systématiquement avec le TNI. Petit à petit, les élèves vont la copier puis l’avoir en autonomie.

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires de cet article


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :