• Ma classe était déjà équipée en matériel pour les cycle 3 : je n’avais donc, heureusement, pas besoin de racheter du matériel spécifique pour les CM1.

    Comme j’avais économisé sur mon budget fournitures scolaires pendant 2 ans afin d’acheter du matériel numérique, j’avais un bon budget. Il faut reconnaitre que de ce côté-là les communes de mon RPI ont été compréhensives car elles m’ont permis de le faire.

     

    Le côté matériel me semble important en cycle 2. Les petits aiment les objets colorés, gais, variés. Il me semble important de leur donner envie d’apprendre avec de beaux outils.

     

    J’ai donc passé pas mal de temps à chercher le matériel avec lequel je voulais travailler. J’ai rencontré des collègues ou communiqué par mail quand je ne le pouvais pas pour avoir des avis de collègues de cycle 2. 


    votre commentaire
  • J’ai  choisi de travailler avec la méthode CAP Maths. J’ai commandé les fichiers élève, le fichier photocopiable, le manuel numérique et le logiciel d’exercices/ jeux complémentaire que j’ai installé sur les ordinateurs de la classe.

    J’ai commandé également 2 ateliers base 10 chez NLU afin que les élèves puissent manipuler et expérimenter, ce qui me semble primordial. Cette boîte se compose d’unités en plastique jaune, des barres de dizaines séparables en unités, de plaques de centaines qui peuvent se séparer en dizaines et de cubes de 1 000 qui peuvent se séparer en plaques de 100. Il y a aussi des fiches plastifiées à utiliser en autonomie qui permettent d’expérimenter pour comprendre la décomposition des nombres, la comparaison des nombres, l’addition, la soustraction et la multiplication. Ces boîtes peuvent être utilisées en Cycle 2 et 3. Elles correspondaient tout à fait au matériel utilisé par le CAP Maths CE1, puisque dans cette méthode, on démarre par des histoires de pépites qui sont des petites unités jaunes.

    Si on n’a pas les moyens d’acheter ce matériel en plastique et qu’on a une bonne imprimante couleur, on peut aller sur ce site http://www.jeuxpourlaclasse.fr/articles.php?lng=fr&pg=1260

    et fabriquer son matériel son matériel de numération. 

    Par ailleurs, je disposais déjà du logiciel « Les mathématiques CE1 » de Génération 5 dont je me sers également en classe. En effet, le logiciel CAP maths à installer sur les ordis élèves propose des problèmes très intéressants niveau GS/CP/CE1 en lien avec la méthode CAP Maths qui permettent une expérimentation ludique et individuelle sur les ordis. Cependant, je souhaitais aussi d’autres types d’exercices qui permettent de sortir du fonctionnement et du mode de pensée CAP Maths : c’est pourquoi j’utilise les 2 logiciels en parallèle.

     

    Enfin, j’ai fabriqué  mon propre matériel de numération spécial TNI en lien avec mon CAP Maths CE1 (voir article à ce sujet). Les logiciels de TNI comme Active Inspire pour Promethéan ou Note Book pour Smart proposent déjà du matériel dans leurs ressources mais je voulais un matériel qui colle parfaitement avec mes ateliers de numération et la méthode CAP Maths. Ainsi, mes élèves qu’ils soient en atelier numération individuel ou avec leur fichier CAP Maths avaient toujours la même représentation mentale du nombre : des unités jaunes, des dizaines démontables jaunes et des plaques de 100 jaunes. Le vocabulaire et l’image mentale utilisés en classe est commun à tous, ce qui simplifie bien les choses en cycle 2.

    Quel est l'intéret d'avoir du matériel de manipulation, d'expérimentation, sur le TNI ?

    Il y a d'abord le côté ludique: les maths sont des jeux, on doit prendre plaisir à en faire, à réfléchir. On ne doit pas avoir peur de se tromper. Quelque soit leur niveau , tous les élèves se battent pour aller sur le TNI.

    Il est impératif , à mon avis, d'expérimenter, d'essayer de trouver des solutions: voici le problème posé... Comment pourrait-on faire avec notre matériel pour le résoudre ?...

     Sur le TNI, quand un élève manipule, il est obligé de verbaliser ce qu'il fait pour les autres (c'est mon rôle d'enseignant de l'obliger à le faire). Il va devoir justifier ses choix, argumenter. S'il y a désaccord, il y aura débat dans la classe et chacun devra prouver ce qu'il dit. Alors que quand l'élève est seul à manipuler, il n'a pas l'obligation de le faire.

    Argumenter, se justifier, émettre des hypothèses, proposer des solutions; tout est là avec le même matériel, la même image mentale.

    Une fois que l'image mentale de la représentation des nombres est faite, on demande d'abord aux enfants de dessiner le matériel, sur le brouillon ou sur l'ardoise. Puis, quand ils ont compris le fonctionnement de la numération décimale, ils peuvent se passer des schémas. 

    Pour les élèves qui ont du mal à se créer cette image mentale , on peut leur demander de venir travailler avec le matériel sur le TNI pour faire les même recherches que les autres ou leur donner la boîte de matériel de numération pour qu'ils puissent manipuler. Tous les enfants ne fonctionnent pas au même rythme: il me semble important de leur dire que ça n'est pas important et que l'essentiel est qu'ils trouvent une solution avec leurs outils à eux. 

    Ce matériel de TNI peut aussi servir à reprendre des notions en cycle 3: je le mets donc dans un article à part. 

     


    votre commentaire
  • Voici le matériel très simple que j'utlise en numération avec mes CE1 mais qui peut servir à des cycles 3.

    Télécharger « matériel de manipulation numération CE1.flipchart »

    Voici comment je l'utilise.

    Télécharger « Comment utiliser le matériel de numération CE1.pdf »


  • En français, j’ai choisi de travailler avec le « Faire de la grammaire » et le « je vois j’entends »: j'avais déjà travaillé l'an dernier avec ces 2 méthodes en cycle 3 et j'avais trouvé qu'elles étaient efficaces. 

    J'ai rajouté le manuel de lecture Etincelles et son fichier . Le livre de lecture contient plusieurs albums. Il est beau, coloré, contient différents types de textes. Le fichier permet de travailler le vocabulaire, la compréhension, les inférences et l'expression écrite. J’ai acheté les 2 manuels numériques qui vont avec.

     

     

    J’ai rencontré des collègues d’autres écoles afin de me remettre dans le bain du CE1 et surtout, j’ai contacté par mails 2 collègues dont les blogs m’ont intéressé  car elles travaillaient avec le « faire de la grammaire » en CE1. Sans me connaitre ni hésiter, elles m'ont  transmis le matériel qu’elles ont construit sur la méthode pour TNI et cahiers afin que je puisse démarrer plus sereinement.  Je leur dois une sacrée chandelle : en acceptant de partager, m’ont épargnée bien du travail.

    Voici leurs blogs : http://sonlau.eklablog.com/faire-de-la-grammaire-au-ce1-f-picot-c18449246 

    Et http://www.sanleane.fr/edl-faire-de-la-grammaire-au-ce1-a3983106 

    J’ai utilisé également l’excellent site de Lutin bazar : http://www.lutinbazar.fr/j-entends-je-vois-j-ecris-a1667479 , notamment pour le « Je vois, j’entends » . C’est avec cette méthode que je fais orthographe et que je revois les sons en lecture.

    J’ai d’abord commencé par travailler uniquement sur le fichier Etincelles en lecture et avec le « Je vois j’entends » pour commencer à reprendre les sons ; cela me semblait important après les vacances. Il fallait aussi que mes élèves apprennent à utiliser le fichier et qu’ils s’habituent à ma façon de travailler.

    Au bout d’une semaine et demie, j’ai introduit la méthode « faire de la grammaire » en travaillant surtout en collectif, sur le TNI ou au brouillon pour que mes élèves en comprennent bien le fonctionnement. Puis, petit à petit, j’ai commencé à leur donner plus de travail écrit à faire sur fiche à partir cette méthode. Maintenant qu’ils sont à peu près rôdés, les exercices individuels sont sur le TNI et ils doivent les faire au cahier du jour.

    En français mon emploi du temps se décompose ainsi :

    Lundi  :

    1) dictée de mots de la semaine : Ce sont les mots étudiés la semaine précédente en orthographe .

    Ce sont les mêmes mots que j’utiliserai en dictée de phrases le jeudi. Ils font partie de la méthode du « Je vois j’entends ». La liste des mots à apprendre et les dictées sont sur le site de lutin bazar.

    1 ) Orthographe : jeux d’écoute de reconnaissance de sons et de prononciation sur le son de la semaine avec la méthode du « Je vois j’entends ». C’est l’étape 1 de la méthode proposée sur le site de Lutin bazar. Au début, ça prend un peu de temps puis ça devient plus rapide.

    2 ) Lecture /grammaire : découverte du texte de la semaine de la méthode « faire de la grammaire ». Travail de compréhension et sur les inférences. Jeux de grammaire sur TNI. La lecture sera à préparer le soir. Je pars du matériel du site http://sonlau.eklablog.com que j’ai adapté à ma façon.

    3) Ecriture de la lettre de la semaine. Au début de l’année, je donnais des photocopies tirées soit du site de Justine, soit du site de Lakanal : Flop complet ! On voit que j’arrive du cycle 3 !

     Maintenant, j’écris à la main quelques lignes sur le TNI avec une page lignée. : une ligne en minuscule, une avec un mot en minuscule et 1 en majuscule + 1 avec un mot en majuscule.

    Les élèves me voient écrire et comprennent mieux le sens de formation des lettres que s’ils ont une photocopie (même celles avec des flêches pour leur faire comprendre dans quel sens on forme les lettres). C’est beaucoup plus rentable.

    Mardi séance 1 :

    1 ) Orthographe : Rappel du son étudié cette semaine. Repérage des graphies dans la comptine de la semaine et sur le tableau de sons que vous trouverez sur le site de lutin bazar sous format PDF que j’ai intégré dans un paperbord. Un élève vient sur le TNI surligner au fluo les graphies correspondant au son. On en profite pour repérer également les marques du pluriel et du féminin.

    Jeu de la maison des sons que j’ai fabriqué pour mon TNI pour bien faire comprendre la différence entre son et graphies. Plusieurs élèves viennent sur le TNI à la suite pour compléter la maison du son. (Un élève met 5 mots dans la maison). S’il y a désaccord, il y a débat.

    La comptine est donnée en lecture le soir.

    2) Lecture /grammaire : lecture orale  du texte de la semaine de la méthode « faire de la grammaire ». Reprise rapide de ce qui a été vu la veille avec le support visuel sur le TNI.

    Poursuite du travail de grammaire sur le TNI pour la partie recherche puis au cahier du jour individuellement.

    3) Ecriture de la lettre de la semaine.

    Mardi séance 2 l’après-midi :

    1) Lecture orale du texte du livre « Etincelles ». Travail de compréhension oral. Jeux de lecture orale pour apprendre à mettre l’intonation. Lecture à plusieurs voix. Travail sur le dialogue, la lecture théâtre.

    Ce texte n’est pas donné ce soir-là en lecture à la maison car il y a déjà la lecture de la comptine du « je vois j’entends » + les mots de la dictée de la semaine à revoir.

    Jeudi séance 1 : 

    1) Dictée de phrases : à partir des mots déjà appris pour la dictée de mots du lundi. Voir site de lutin bazar. Correction sur le TNI par 1 élève : débat si désaccord.

    2). Lecture /Orthographe : lecture orale de la comptine de mardi.

    Rappel du son et des graphies correspondantes étudiés cette semaine avec le support visuel sur le TNI. Selon le temps, soit exercices pour apprendre à écrire les mots tirés du site de Lutin Bazar ; soit copie des mots à apprendre dans le cahier de sons.

    3) Grammaire : Reprise rapide de ce qui a été vu le lundi /mardi avec le support visuel sur le TNI. Poursuite du travail de français soit en collectif si le travail de recherche n’est pas terminé soit en individuel au cahier de brouillon ou du jour. En général, c’est à ce moment-là que je travaille sur la transposition en collectif avec mes élèves.

    Jeudi séance 2 : lecture/ production d’écrit Reprise du travail sur le texte de lecture méthode Etincelles. Rappel de « l’histoire » puis relecture par de bons lecteurs.

    Travail sur le fichier « Etincelles ». Lecture des consignes par de bons lecteurs, explications. Adaptation du nombre d’exercices donnés au niveau de lecture et à la rapidité en écriture des élèves

    Vendredi :

    1 ) Lecture orale du texte du livre étincelles

    2) Ecriture de la lettre de la semaine.

    3) Français : fin du travail de la semaine sur le texte du « faire de la grammaire » Transposition, vocabulaire, grammaire. Exercices en autonomie.

    4) Lecture et étude du « je retiens de la semaine précédente ». Ce que j’appelle « je retiens »  est un récapitulatif des éléments qui sont vus notamment, lors des transpositions de la méthode « faire de la grammaire ».

    Ex : je retiens du texte 1 de la méthode mis en page par Sonia.

    GRAMMAIRE

    Loup-Rouge

    Je retiens 

    Loup-Rouge

    Louve-Rouge

    Moi, Loup-Rouge

    Il est rouge.

    Elle est rouge.

    Je suis rouge.

    Il est né.

    Elle est née.

    Je suis né.

    Je suis née.

    Il a un secret.

    Elle a un secret.

    J’ai un secret.

    Il devient.

    Elle devient.

    Je deviens.

    Il se cogne.

    Elle se cogne.

    Je me cogne.

    son père, sa mère

    mon père, ma mère

    un petit garçon

    une petite fille

     

    un loup

    une louve

     

    Je demande aux élèves de surligner en fluo ce qui change d’une colonne à l’autre et de verbaliser pourquoi il y a ces changements.

    Ces éléments  qui sont communs à tous les élèves, servent de base à nos synthèses en grammaire, orthographe grammaticale, vocabulaire et conjugaison.

    Les CE1 doivent le relire ensuite à la maison.

    J’ai fait le choix de ne pas donner de production d’écrit à partir de ce texte (sauf pour les plus rapides) car les élèves en font déjà dans le fichier Etincelles.

     

     


  • Je dispose de 3 manuels numériques dans ma classe. CAP Maths CE1, le livre de lecture Etincelles CE1 et son fichier de compréhension/ vocabulaire/rédaction. Les 3 sont du même éditeur mais apparemment, tous les manuels numériques sont faits par la même entreprise : KNE

    Voici quelques remarques à ce sujet.

    Les critiques d’abord : - Le bon de commande des manuels numériques est fait pour le second degré. Par exemple, l’adresse de livraison et celui de facturation est la même. Si  les manuels numériques se généralisent, il faudrait modifier cela.

    - Un manuel numérique dispose de sa propre boite à outil (réduite) . On est censé pouvoir agrandir la page, sélectionner un seul exercice et pouvoir continuer à utiliser la boite à outil. Un guide d’utilisation explique comment faire.

    Malgré ça, je n’ai pas réussi à agrandir mes pages de façon correcte tout en pouvant continuer à me servir de la boite à outil. Je suis donc allée voir d’autres collègues qui en utilisaient également afin de savoir comment ils faisaient. La réponse était partout semblable. On agrandit la page puis avec le logiciel de TNI (Promethéan ou Smart) on prend une photo de la page ou de l’exercice qui nous intéresse et on la colle dans le logiciel de TNI. On peut ainsi se servir de la boite à outil du TNI qui est beaucoup plus complète et dimensionner l’exercice comme on le souhaite. Donc, là encore, il y a quelques améliorations à apporter me semble-t-il.

    Les avantages maintenant et ils sont considérables, à mon avis :

    -         Disposer du même support que les élèves est un gros avantage, notamment en cycle 2. On peut montrer sur grand écran à quel exercice on en est. C’est déjà un sacré gain de temps.

    -          Le travail de repérage sur l’espace feuille est beaucoup plus facile à expliquer.

    -         Inutile d’écrire les consignes au tableau, tout est fait. Il suffit d’envoyer un élève sur le TNI qui répondra comme sur son cahier.

    -         On peut réfléchir en collectif sur les mots qui sont importants dans les consignes, les problèmes, puis les  surligner en couleur.

    -         On peut montrer  (en couleur) comment réutiliser ces mêmes mots pour rédiger une réponse. S’il s’agit de rechercher des réponses dans un texte on peut montrer comment on doit revenir en arrière dans sa lecture pour rechercher ces mots, ces informations (donner l’habitude de revenir en arrière dans un texte).

    -         On peut « gribouiller » sur le livre de lecture : on désacralise l’écrit. Il n’y a plus de raison d’en avoir peur puisqu’on peut le gribouiller.

    -         On peut plus facilement adapter le travail pour les élèves en difficultés.

    -         On peut rajouter le matériel que l’on veut afin d’aider les élèves à se créer une image mentale.

    Exemples d’utilisation :

    Fichier Etincelles CE1 

    Les inférences et le sens des pronoms :

    Voici un exercice proposé dès le début du travail de lecture en CE1.

     

    Manuels numériques

     

     

    Les élèves le font seuls sur le fichier.

     L’enseignant en envoie un faire la correction sur le TNI et lui demande de justifier ses réponses. Un débat s’engage s’il y a désaccord. Le fait que l’exercice soit sur le TNI entraîne automatiquement la verbalisation. Une recherche collaborative se met en place pour trouver la bonne réponse. Le fait qu’il y ait erreur n’a plus beaucoup d’importance. On cherche ensemble pourquoi on choisit cette réponse et pas une autre.  Ce type d’exercice est systématique dans le fichier.

    Travail sur le dialogue et recherche de la personne qui parle :

    Dans le manuel de lecture, les caractères typographiques ont différentes couleur selon le personnage qui parle. Dès la rentrée, on peut donc travailler avec les CE1 sur le dialogue, les marques de ponctuation, le narrateur, et faire lire à plusieurs voix avec l’intonation. L’enseignant choisit, selon le niveau de lecture de l’élève, le rôle qu’il va avoir : ainsi chacun participe à la lecture de l’histoire, quel que soit son niveau et tous les élèves trouvent ça très amusant.

    Voici un exemple  de dialogue  dans le manuel :

     

    Manuels numériques

     

     

    Quand le travail de lecture compréhension et lecture orale jeu a été menée, on passe au fichier pour vérifier que c’est compris. Là, ça se complique : tous les caractères ont la même couleur, c’est à l’élève de retrouver qui parle.

    Voici un exemple de correction sur TNI par un élève après débat collectif.

     

    Manuels numériques

     

     

    Ici, ça se complique encore car il faut recopier. Pour les élèves qui ont des difficultés à écrire, je leur demande à nouveau d’utiliser des couleurs et non de copier.

     

    Manuels numériques

     

     

     

    Apprendre à répondre à une question en utilisant les mots de la question. Apprendre à revenir en arrière dans le texte pour rechercher des informations.

    Ces deux stratégies ne sont pas automatiques. Elles doivent le devenir. Cela s’apprend et c’est fondamental en lecture de tous types de textes et notamment en problème et sciences.

    Dans cette méthode, l’apprentissage est progressif.

     L’avantage du TNI : montrer facilement ce que c’est « les mots en gras ».

    Montrer comment on rédige une réponse.

    Reprendre le manuel sur TNI pour montrer comment on revient en arrière dans le texte pour rechercher la réponse. Surligner les réponses directement sur le manuel (TNI), quand on les a trouvées, afin de les recopier ensuite pour répondre à la question.

     

    Manuels numériques

     

     

     

     

    Manuels numériques

     

     

     

    Manuels numériques

     

     

     

     

    Le CAP Maths CE1 :

    Très souvent, le manuel propose des exercices de calcul mental.

     

    Manuels numériques

     

     

    Dès le mois d’octobre/ novembre, les calculs proposés  en CE1 sont du type 50 + 27 ou 62 – 30 ou de 30 pour aller à 45. Je vous rassure ces notions sont travaillées avant.

     On peut choisir de faire plus simple si cela semble trop difficile pour sa classe. J’ai choisis de conserver ce type d’exercice ,  même s’il est difficile pour certains, parce que cela me permettait, avec le TNI, de montrer à mes élèves qui avaient le plus de mal , comment passer à l’abstraction, comment se construire une image mentale mathématiques.

    Je l’ai déjà dit dans d’autres articles, la manipulation et l’expérimentation me semblent fondamentales en élémentaire. Mais il y a un moment où il faut passer à l’abstraction. Le TNI, le manuel numérique sont des outils qui permettent à l’enseignant de faire comprendre à l’élève comment passer de l’un à l’autre, comment se créer une image mentale d’un nombre avec un support visuel.

    Ce type d’exercice nécessite que la notion de + - et de « pour aller à » soient intégrées mais surtout que la notion d’unités et de dizaines soient comprise et assimilée.

    Pour certains élèves pas de problème, ils ont assimilé et font les calculs très rapidement. Pour d’autres c’est plus difficile. Ils sont capables de faire la différence entre les dizaines et les unités mais n’ont pas encore assimilé cette notion parce qu’ils ont du mal à se les représenter mentalement. Normal en CE1.

    Pour les aider à le faire, après avoir beaucoup manipulé, je leur mets sur le TNI cet écran :

     

    Manuels numériques

     

     

    Comme ils ont l’habitude de travailler avec ce matériel, en manipulation ou sur TNI, ils vont « voir dans leur tête » le matériel qui leur faut pour répondre à la question : 4 élèves sur les 5 qui ont encore besoin du matériel. Une élève a schématisé son matériel sur son fichier avant de répondre : elle n’a plus peur de dessiner dans son fichier puisque nous le faisons systématiquement sur le TNI.

    Dès la première séance de fonctionnement de cette façon, ces 5 élèves ont répondu à toutes les questions. Ils ont obtenu en moyenne 83% de réussite : c’est plutôt pas mal !

    Avantage du manuel numérique : obliger les élèves à se justifier , individuellement par écrit, oralement et par écrit sur le TNI.  

    Tous les élèves se battent pour aller corriger sur le TNI, quel que soit leur niveau. Ils comptent leur nombre d’interventions par jour au tableau.

    Ils n’ont le droit de venir sur le TNI que s’ils ont justifié leur réponse, par un dessin ou un calcul, sur leur cahier ou leur fichier. Ils ne peuvent pas venir au tableau sans avoir fait ce travail : c’est la base. La réponse et la stratégie employée peuvent être erronée, cela n’a pas d’importance, mais ils doivent être capable de se justifier devant les autres. C’est un moteur suffisamment puissant pour éviter les réponses absurdes et l’inactivité.

    Apprendre à répondre à une question en utilisant les mots de la question. Apprendre à revenir en arrière dans le texte pour rechercher des informations.

    Progression au niveau du CAP Maths CE1

    Au début, la phrase réponse est écrite, il suffit de la compléter. L’élève se concentre donc sur la justification (schéma , calcul). Mais dès cet instant, certains oublient de répondre à la question. Il est intéressant de les faire venir sur le TNI pour que les autres élèves leur fassent remarquer. Le poids des autres élèves est bien plus important que le nôtre.

     

    Manuels numériques

     

     

    Puis l’élève doit rédiger sa phrase réponse. Le manuel numérique est intéressant car il permet de surligner les informations importantes et les mots de la question que l’on devra utiliser pour rédiger la réponse. (Comme dans le fichier Etincelles)

     

    Manuels numériques

     

     

    Dans ce type de problème, on peut rajouter du matériel (des euros) avec la fonction « faire glisser une copie » pour la correction et pour permettre aux élèves de schématiser ou de se représenter plus facilement les quantités.

    En géométrie, l’utilisation du TNI est fantastique. Disposer du support visuel en grand avec les mêmes stratégies de débat et d’argumentation qu’en numération/ calcul est un gain de temps considérable.

     

    Manuels numériques

    Manuels numériques

     

     

     

    Conclusion :

     A mon avis, les manuels numériques, en général, sont de bons outils pour aider nos élèves même s’ils peuvent encore être améliorés.

    Cependant,  je ne les utilise pas tels quels : je rajoute du matériel quand mes élèves en ont besoin.

    Si un texte comporte du vocabulaire difficile ou si une histoire se situe dans un autre pays, nous allons automatiquement chercher des informations supplémentaires dans le dictionnaire (si les noms sont courants) mais également sur le net pour avoir des vidéos en liens, des photos, des repérages sur google earth.

     

    Petit à petit, les élèves prennent l’habitude de rechercher systématiquement ce qu’ils ne comprennent pas. On en profite pour comprendre comment chercher sur un moteur de recherche, comment faire le tri dans la masse énorme d’informations qui circulent sur le net, comment repérer les sources fiables… Toutes ces compétences viennent se rajouter à celles de base mais il me semble qu’il est aujourd’hui indispensable de les maîtriser dans notre vie quotidienne.





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique